La Saeima fixe plusieurs nouvelles dates de commémoration

(16.06.2021.)

Jeudi 16 juin la Saeima a adopté, en seconde lecture finale et à titre d’urgence, les amendements à la loi “Sur les jours fériés, les jours de commémoration et jours de célébration,” qui prévoient plusieurs nouvelles dates de commémoration: le jour de commémoration pour la résistance des combattants nationaux, le jour de commémoration pour le mouvement de résistance nationale, le jour de commémoration des victimes de la tragédie du 21 novembre 2013. Une nouvelle date de célébration: la journée de la langue officielle.

Selon la note explicative du projet de loi, le 2 mars est fixé comme date de commémoration pour la résistance des combattants nationaux, lorsque le 2 mars 1945, la plus grande bataille dans l’histoire des combattants nationaux a eu lieu dans le marécage de Stompaki, disrtict Viļaka (ancien district d’Abrene).

Le 17 mars est fixé comme le jour de commémoration pour le mouvement de résistance nationale; c’est le jour où le Conseil central, dirigé par Konstantīns Čakste a terminé la collecte des signatures pour le mémorandum insistant, au nom du peuple letton, sur la restauration de facto de l’État letton. À cette date, on rend hommage et se souvient de tous les participants à la résistance nationale, précise la note explicative du projet de loi.

Le 21 novembre, nous commémorons les victimes de la tragédie du 21 novembre 2013, où 54 personnes sont mortes dans l’écroulement du toit d’un supermarché Maxima. Selon la note explicative du projet de loi, le 21 novembre est une journée de souvenir et d’hommage à l’égard des victimes de cette tragédie qui nous rappellera la responsabilité commune concernant la nécessité d’ empêcher de telles tragédies de se produire à nouveau.

La journée de la langue officielle sera célébrée le 15 octobre, étant donné que le 15 octobre 1998, la langue lettonne, comme langue officielle de la République de Lettonie, a été entérinée par l’article 4 de la Constitution. Lors de la célébration de la journée de la langue lettone, sera mise en exergue l’importance constitutionnelle de la langue lettone, en tant que seule langue officielle contribuant à la cohésion de la société civile lettone et nécessaire pour la subsistance de l’État, énonce la note explicative du projet de loi.   

 

Service de presse de la Saeima

Sestdien, 18.septembrī